Comme dirait Dramane Aliou Koné : En un mot, bien qu’opportuniste, Alioune Ifra reste un bon metteur en scène

J’ai coïncidé à Paris avec la sortie du livre « C’est possible au Mali » de Mamadou Igor Diarra, édité par les éditions Cherche-Midi, disponible à la FNAC et sur le site Amazone. Il m’a fait l’honneur de m’associer à l’équipe de relecteurs de son manuscrit. J’avoue avoir été émerveillé à sa lecture. Encore plus aujourd’hui par la qualité de l’édition et de sa ligne ! Les très rares exercices d’écriture que nous proposent nos leaders sont généralement des compilations de textes administratifs et de chiffres, pour ne pas dire des récitations académiques.

La 3ème édition du Festival « Nuit de N’Tama » au Mali a tenu ses promesses

L’Association Groupe Somanè de Tamani Tradition du Mali (AGSTTM), a organisé, dans la soirée du  vendredi  3 novembre 2017 en face du Stade Mamadou Konaté sis à N’Tomikorobougou, la 3ème édition du Festival « Nuit de n’Tama ». Cette manifestation culturelle visait  à contribuer à la promotion  de l’instrument musical « N’Tama » dans la société malienne.

« Africable Network doit près de 100 millions FCFA aux artistes maliens » !

Ça bouge au Bureau Malien du Droit d’Auteur (BUMDA). Et pour cause. La nouvelle directrice du BUMDA, Aïda Koné, a décidé de s’attaquer aux fossoyeurs des artistes maliens. La première cible est « La Société Africable Network (qui) doit aujourd’hui 95 776 000 Fcfa au Bureau malien du droit d’auteur (Bumda) au titre de 16 ans d’arriérés des redevances de droits d’auteurs. Disposant de deux grosses de jugement, le Bumda a désormais le feu vert du Tribunal de commerce pour la saisie contrefaçon de tous les matériels de diffusion, de stockage et de propagation de la société Africable », écrit Mali Aujourd’hui.