SOUMEYLOU BOUBEYE MAÏGA A LA DIRECTRICE DU FMI : “Nous souhaitons accélérer le rythme de mobilisation des ressources”

En visite de travail à Washington, le Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga, s’est rendu au siège du Fonds monétaire international (FMI), où il a rencontré la directrice générale, Christine Lagarde. Au cours de leur entretien, le Premier ministre a indiqué à Mme Lagarde la volonté du gouvernement malien  de poursuivre sa coopération avec le Fonds. Il l’a assurée que les excellents résultats auxquels le Mali est parvenu les années passées ont permis de préserver le cadre macro-économique, la crédibilité externe et la confiance à l’externe comme à l’interne du pays. La Facilité élargie de crédit (FEC) ayant pris fin le […]

Processus budgétaire 2020 : Cap sur la maitrise des dépenses et la mobilisation des ressources

Le lundi 25 février 2019 à l’hôtel de l’Amitié, le ministre de l’Economie et des Finances,   Dr Boubou Cissé,  a procédé au  lancement  officiel  des travaux préparatoires du  processus budgétaire 2020.  A cet évènement  on pouvait noter, la présence  du Directeur des Finances et du Matériel du Ministère de la Santé et de  l‘Hygiène Publique,  Mohamed Sissoko, du Directeur General des Collectivités Territoriales, Abdramane Cissé, du Directeur National du Trésor et de la Comptabilité Publique,  Sidy Al Moctar Oumar  et du représentant de la Banque Mondiale,  Tahirou Kalam. Qualité des documents budgétaires,  gestion des risques budgétaires, évaluation des politiques publiques, […]

« 20% d’augmentation des salaires, c’est trop pour les maliens »  déclare Soumaïla Cissé, ministre des finances et du commerce en  1996

Lors d’une entrevue qu’il a accordée à  l’observateur le 29 janvier 1996, Soumaïla Cissé, ministre des finances et du commerce à l’époque, affirmait que les fonctionnaires maliens ne méritaient pas  20% d’augmentation des salaires.

Mali – Économie : de nouvelles raisons d’y croire ?

REPORTAGE. Au cœur des cercles économiques, malgré le défi sécuritaire, les affaires reprennent, même si beaucoup reste à faire pour attirer les investisseurs. Du chef d’entreprise au ministre de l’Économie, tous l’affirment : l’économie malienne entre en post-crise. Le pays sortirait ainsi de cette période de transition aléatoire qui avait suivi la crise institutionnelle et sécuritaire de 2012. Alors, « Faire le pari du Mali », credo, voire mantra, des différents acteurs de l’économie malienne ou réalité ? État des lieux d’une économie qui se veut résiliente. Quatre secteurs prioritaires

Remboursement de dettes : Le trésor malien va décaisser 22,866 666 667 milliards de FCFA

La Direction générale du trésor et de la comptabilité publique du Mali procédera, le 23 mai 2018, au paiement des intérêts annuels et au remboursement partiel de l’emprunt obligataire dénommé  «Etat du Mali 6,20% 2016-2023»  pour un montant global net d’impôt de 22.866. 666. 667 FCFA (Vingt Deux Milliards Huit Cent Soixante Six Millions Six Cent Soixante Six Mille Six Cent Soixante Sept FCFA). Pour rappel, l’Etat Malien avait sollicité le marché par un appel public à l’épargne pour un montant de 65 milliards de FCFA. Cet APE avait pout but la mobilisation de ressources en vue d’assurer, le financement […]

COOPÉRATION SOUS-RÉGIONALE: le Mali, le Burkina-Faso et la Côte d’Ivoire créent une Zone Économique Spéciale (ZES) à Sikasso

Le lundi 14 mai 2018, à Sikasso, les Premiers ministres burkinabé, ivoirien et malien ont procédé, au lancement officiel de la Zone économique spéciale(ZES). La création de cette zone est une initiative du Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga dont l’idée a été émise lors de sa tournée qu’il a effectuée, en début d’avril dernier, au Burkina et en Côte d’Ivoire. Le Premier Ministre Malien Soumeylou Boubeye Maiga et les membres du gouvernement ont accueilli le lundi dernier à Sikasso les délégations de la Côte d’Ivoire et du Burkina Faso conduites par leur chef de gouvernement respectif Monsieur Amadou Gon Coulibaly […]

Finance islamique : le Mali émet son premier sukuk de 150 milliards de Fcfa sur le marché régional

Le Mali a lancé une première émission d’obligations islamiques pour un montant de 150 milliards de Fcfa sur le marché régional de l’UEMOA. L’opération qui s’étale jusqu’au 16 février vise à permettre au pays de mobiliser davantage de financements pour des projets de développement. Le Mali entre dans le club encore restreint des pays africains à recourir à la finance islamique. Le pays a en effet lancé une émission d’obligations islamiques, les sukuk, sur le marché des capitaux de l’UEMOA. L’opération d’appel public à l’épargne dénommée «Sukuk État du Mali 6,25% 2018-2025» a démarré le 2 février et les souscriptions […]

Fiscalité au Mali : vers la fin de la dépendance à l’aide ?

Pour réduire sa dépendance à l’aide, le Mali prévoit de porter ses ressources fiscales à 20 % du PIB d’ici 2019. Mais sans redistribution des recettes vers les secteurs sociaux de base, cette politique risque d’accroître les inégalités dans le pays. Chaque année, lors des discussions budgétaires au Parlement, la légitimité du budget d’aide publique au développement fait débat. « À quoi bon augmenter l’aide si celle-ci n’est pas efficace ? » Et pourtant, l’aide fonctionne ! Par exemple, grâce à l’aide, les décès liés au paludisme chez les enfants de moins de cinq ans ont reculé de 58 % […]

Loi de finances 2018: Un Budget-programme optimiste et rentable pour les maliens

Dr Boubou Cissé, Ministre de l'économie et de finances

Ce fut à la faveur d’une séance plénière que  le budget 2018 a été adoptée par les députés, 108 voix pour, 14 députés de l’opposition ont voté contre et 13 abstentions  Selon le  rapport de la commission des Finances et de l’Economie, Loi de finances 2018 connait un budget déficitaire de plus de 300 milliards de FCFA. Car arrêté à 1.657.625 milliards de FCFA en termes de prévisions de recouvrement et à 2.330.778 milliards de FCFA en dépenses, le projet de budget 2018 présente un déficit budgétaire global de 373.153 milliards de FCFA.

La croissance économique au Mali sous IBK : les chiffres en parlent mieux !

«De septembre 2013 à juin 2016, les recettes douanières ont atteint 1 201,8 milliards de FCFA», selon du BILAN d’IBK à mi-parcours. L’urgence sociale et la relance économique ont été au centre des préoccupations et de l’action des gouvernements successif du président de la République, SEM Ibrahim Boubacar KEITA, depuis son accession à la magistrature suprême, en septembre 2013. L’ «honneur  du Peuple malien» et le «bonheur des Maliens », plus un slogan de campagne. En effet, ces mots ont été traduits en actes concrets par le Président KEITA.

Les nouvelles mesures envisagées par les créanciers contre Dr Boubou Cissé à la suite du refus du Ministre des Finances d’éponger la dette intérieure

Foulant au pied la décision de deux de ses prédécesseurs, Bouaré Fily Sissoko et Mamadou Igor Diarra, ainsi que les rapports produits par le cabinet d’audit,  l’actuel ministre de l’Economie et des Finances, Dr Boubou Cissé refuse de rembourser le restant de la dette intérieure de l’Etat, sans aucune explication valable aux yeux des créanciers.

FMI : Abebe Sélassié, nouveau directeur du département Afrique subsaharienne

La direction du Fonds Monétaire International (FMI) va nommer un nouveau directeur pour le département Afrique subsaharienne, selon une nouvelle annoncée en marge des assises des assemblées générales d’octobre FMI/Groupe de la Banque Mondiale (BM), qui se déroulent actuellement à Washington. C’est Mr Abebe Aemro Sélassié qui sera promu poste, a annoncé Mme Christine Lagarde, Directrice Générale de l’institution.

Avec les guichets automatiques Orange Money, Orange franchit un pallier en matière de services financiers

L’émission de monnaie électronique chez ORANGE MALI est désormais une réalité. En effet, après avoir décroché auprès de la Banque centrale des États d’Afrique de l’Ouest (BCEAO) trois agréments pour devenir établissement émetteur de monnaie électronique au Sénégal, au Mali et en Cote d’Ivoire, l’opérateur global de télécoms français, a récemment mis ne service deux guichets automatiques au Mali,

Dette intérieure de l’Etat malien: La persévérance du ministre Boubou Cissé a permis d’éviter le pire pour les finances publiques

Dans le cadre de la relance économique, le Mali a convenu avec les partenaires techniques et financiers d’apurer tous les arriérés de paiements intérieurs nés principalement au cours de l’exercice budgétaire 2012. En effet, suite au coup d’Etat de 2012 et à l’occupation de deux tiers du territoire du pays par les jihadistes, l’économie malienne était totalement à terre ; les bailleurs de fonds ont arrêté leurs décaissements et les recettes intérieures non plus ne rentraient pas.

Passage de Soumaïla Cissé à l’UEMOA : Comment les forages fictifs ont été concoctés ?

Mis en veilleuse, pendant un certain temps, le dossier sur la mauvaise gestion des fonds destinés à la réalisation de forages dans l’espace UEMOA (Union Économique et Monétaire Ouest Africain) est désormais remis au goût du jour. Le dossier épingle Soumaïla cissé, président de la Commission de l’UEMOA, à l’époque des faits. Mais aussi, ses complices. Décidemment, il y a des zones d’ombre dans la gestion de Soumi, à la tête de l’UEMOA. Relégué aux oubliettes, ce dossier risque de sonner le glas de l’élection de Soumaïla Cissé à la magistrature suprême du pays. Avant d’envoyer ses complices en prison.

Financement des forages de l’Afd à Dakar : La France bloque 27 milliards de Soumaila Cissé

Du nouveau dans l’enquête sur le financement de 300 forages de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa), par l’Agence française de développement (Afd) d’un coût de 2,5 milliards de FCfa. L’Afd, qui a réceptionné l’audit de ce marché, bloque un transfert, de la Bceao vers Ecobank, de 27 milliards de FCfa de l’opposant malien, Soumaila Cissé, à l’époque président de la commission de l’Uemoa et gestionnaire de l’argent des marchés de l’Afd.

MALI 2012: Soumaïla Cissé : Des ennuis sur un fonds de 5 Milliards de l’AFD à l’UEMOA !

Soumaïla Cissé, le président sortant de la Commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) qui vient de signer son retour triomphal au bercail, après deux mandats passés à la tête de l’union, a-t-il déjà des ennuis sur sa gestion ? En tout cas c’est le sujet sur toutes les lèvres à Bamako et les journaux en font leur chou gras. Qui pour révéler, qui pour démentir, les commentaires vont bon train sur la gestion en 2009, de 5 milliards de FCFA accordés à l’UEMOA par l’Agence française de Développement (AFD).